Bricoler avec des enfants exige de la souplesse

La vie n’est pas toujours aussi rose qu’il n’y paraît! En survolant mes articles ainsi que ceux de plusieurs autres blogs, j’ai réalisé que l’image projetée était un peu trop rose pour dépeindre le quotidien et sa réalité. Car même pour mon blog qui traite d’un sujet plutôt joyeux, la créativité en famille, le fait de bricoler avec des enfants peut connaitre des ratés. Normalement, ces moments sont passés sous silence, mais je crois qu’il est important de jouer franc jeux avec vous. C’est pour cette raison que j’ai eu envie de vous raconter notre journée de papier mâché qui aurait très bien pu mal tourner!

Bricoler avec des enfants, ça demande de l’organisation, de la souplesse et de l’adaptabilité. Le but de l’exercice est de leur permettre de développer leur créativité, de trouver ce qui leur plaît dans la vie, de développer des stratégies pour se libérer du stress, d’apprendre à se connaitre et d’entrevoir les différentes possibilités pour atteindre leur but… Ce n’est certainement pas de les stresser en leur imposant des activités. Et malgré toutes vos meilleures intentions, il peut arriver que les enfants changent d’idée en cours de route et vous laisse en plan avec une belle activité que vous aviez pourtant préparée pour eux. C’est ce qui m’est arrivé dernièrement…

Vous avez certainement vu passer les articles sur le papier mâché qui sont parues dernièrement. Pour les réaliser, nous avons baigné dans le papier mâché pendant quelques jours, la table de la cuisine était envahie de papier journal déchiré et de pièces en attente de séchage jusqu’à la prochaine couche. J’ai encore quelques trucs à venir sur le même sujet, car nous avons (finalement) trippé fort sur cette technique. Ceci dit, tout a failli tourner au vinaigre.

Avant de me lancer dans une activité qui demande beaucoup de préparation, comme c’était le cas pour le papier mâché, je m’assure toujours que ma fille en a réellement envie. Je lui présente le projet, je lui décris comment on va s’y prendre et si elle est partante, alors, on se lance. C’est donc avec la fabrication de la colle pour papier mâché que notre journée a débuté. Elle a apprécié l’expérience et tout allait plutôt bien. Par la suite, elle n’avait aucune envie de déchirer ou de découper du papier journal. Pas de problème, je me charge de cette étape en lui indiquant que nous pourrons commencer quand j’aurai terminé de préparer l’espace et le matériel. Entre temps, elle parle avec ses grands-parents sur Skype, je me joins à la conversation et le temps passe. Comme notre discussion ne l’intéresse plus, elle retourne à ses jeux de rôles, une grande passion pour elle actuellement. L’heure du dîner arrive et nous passons à table.

Bricoler avec des enfants

Il est enfin temps de s’y mettre. Je l’appelle et lui demande de mettre son tablier, mais voilà qu’elle ne veut plus! L’intérêt est passé. Laissez-moi vous dire qu’après toute cette préparation, je ne suis pas particulièrement heureuse de la voir changer d’avis. Je grogne intérieurement un peu, beaucoup, surtout en voyant l’état de ma cuisine. Mon amoureux en rajoute en disant qu’il s’agit de mon projet, non pas du sien. Moi d’argumenter qu’il s’agit d’un projet commun et que j’avais pris le temps de vérifier son intérêt avant de commencer.

Après quelques respirations pour me calmer les nerfs, que voulez-vous, on n’est pas toujours à son meilleur, je décide de me lancer dans l’activité toute seule. À force d’appliquer des bandes de papier sur mon ballon, je me calme vraiment et me recentre. C’est un des grands bénéfices des activités manuelles! Je suis de nouveau joyeuse et bien dans ma peau quand je réalise que je ne peux pas prendre de photos pour vous présenter l’évolution du projet en ayant les deux mains dans la colle. J’ai alors l’idée de demander à ma fille de prendre des photos pour moi. Si elle ne veut pas faire de papier mâché, pas de problème, échangeons nos rôles. Elle saute de joie, elle adore jouer les photographes! Elle me tire le portrait dans tous les angles humainement imaginables, me demande de me tasser «parce que le fond est pas beau», me fait arrêter un mouvement pour prendre LA bonne photo. Finalement notre belle complicité reprend magiquement vie et nous avons beaucoup de plaisir à créer ensemble. Elle prend son rôle très au sérieux.

Bricoler avec des enfants

Après plus de 180 photos, elle a envie de venir tenter l’expérience avec moi et nous nous retrouvons toutes les deux, les mains pleines de colle, à faire du papier mâché. C’est alors mon amoureux qui devient le photographe officiel. Nous avons finalement réussi à avoir notre belle journée créative en pyjama. Ça devient une habitude, tellement que ma fille réclame le bricolage en pyjama. Désolée pour les photos!!

Pourquoi je vous raconte ce moment plutôt ordinaire de notre quotidien? Tout simplement pour démontrer que tout n’arrive pas toujours comme nous le souhaitons. Pour prendre conscience de l’importance de rester ouvert et flexible surtout quand on veut bricoler avec des enfants. Pour ne pas oublier que les enfants apprennent par l’exemple.

Je suis persuadée que ma fille s’est laissée tenter par l’expérience d’abord et avant tout parce qu’elle s’est rendue compte qu’il n’y avait pas d’obligation et parce qu’elle a constaté que j’y prenais plaisir. Donner l’exemple… C’est une autre belle façon d’enseigner à nos enfants!

…Et de se faire du bien!

Allez-y, partagez si le cœur vous en dit et surtout, continuez de créez, même si tout n’est pas toujours parfait!!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...