Mandala de réconciliation des races aux crayons de bois

Ma formation sur les mandalas se poursuit toujours avec Madame Pauline Veilleux. Cette fois-ci, nous avons abordé le thème du Mandala de réconciliation des races. Pour illustrer le fait qu’au fond, nous sommes tous pareil, nous devions faire les différentes couleurs de peaux avec les même trois crayons de bases. Un bleu, un jaune et un rouge. C’est le nombre de passage sur le papier avec ces différentes couleurs qui donnait les quatre teintes de couleur de peau.

mandala de réconciliation des races

L’exercice précédent avait touché les règnes. Nous avions exploré les règnes animal, végétal, minéral et humain. Voici mon résultat pour cet exercice.

Je n’avais pas le sentiment d’être allée au fond de cette exploration et ça s’est avéré vrai puisque j’ai répété ce thème dans mon Mandala de réconciliation des races.  Sans même m’en rendre compte!

Mandala de réconciliation des races

mandala de réconciliation des races

L’indienne s’est retrouvée en communion totale avec le règne animal à travers le cheval. J’ai toujours admiré cette connexion que les peuples autochtones peuvent avoir avec la nature.  Même quand j’étais toute petite, je connectais davantage avec leur façon de voir la spiritualité qu’avec ce que les curés nous enseignaient à l’école ou à l’église. J’étais vraiment en réaction avec la place que l’on accordait aux femmes dans notre religion. Et le mot réaction est faible, je devrais plutôt dire révolte pour être parfaitement honnête!

La deuxième femme à voir le jour sur mon mandala fût l’asiatique qui représentait le côté très méthodique, délicat et précis. À travers une section d’un motif de fleur de lotus hyper détaillé, j’ai voulu représenter l’importance de faire les choses avec lenteur et attention. Un peu à l’image de leur cérémonie du thé. J’ai vraiment rejeté les rituels de toutes sortes depuis longtemps, puisque je les associais à la religion. Je les redécouvre aujourd’hui sous un nouvel éclairage.

La femme noire s’est présentée de façon inattendue, rebelle face aux règles de ce Mandala. Elle ne regarde pas celui qui l’observe. Elle est plutôt entièrement tournée vers son bébé. Elle est le symbole de la famille, de la maternité, de la sensualité. Elle a une assurance face à son savoir ancestrale et une grande confiance en ses capacités de mère.

L’homme qui prend naissance à travers la tresse de l’indienne, vient ici, sous la représentation du serpent, entourer la femme noire et son enfant. Il naît d’une femme, puis s’unit à une autre pour donner naissance à une nouvelle vie.

La blanche aura été la plus difficile à mettre au monde pour moi. Les autres femmes de ce Mandala sont arrivées tout naturellement et un peu comme par magie sur mon papier. Pour donner vie à la femme blanche, qui bizarrement me représente, j’ai dû faire une pause et mettre mon Mandala de réconciliation des races de côté pour plusieurs jours.

La seule idée qui me venait en tête était le sang. Je me suis demandé si je devais dessiner une vampire?! Mais non, il s’agissait d’autre chose. Suite à près de trois semaines de pause, j’ai compris qu’il s’agissait en fait du sang qui revient dans nos vies de façon régulière à toutes les lunes. Le sang menstruel qui nous unit toutes, peu importe notre race ou notre niveau social. Nous partageons toutes, durant une grande partie de notre vie, ce cycle de vie. C’est donc à travers cette image du Yoni que j’ai illustré le principe des lunes chez la femme.

En me relisant, je me rends compte que la création de mon Mandala de réconciliation des races peut sembler très réfléchi et intellectualisé. Mais il en est tout autrement. Quand j’ai commencé à dessiner avec mes crayons de bois, je n’avais aucune idée de ce qui ressortirait pour chacune de ces femmes. Je savais simplement que je voulais faire un Mandala de réconciliation des races qui explorerait l’univers de la femme.

Il s’est avéré que chaque femme s’est retrouvée associée à un règne différent. L’animal et l’indienne, le végétal (fleur de lotus) et l’asiatique, l’humain et la noire, le minéral (à travers l’œuf de jade) et la blanche.

Il va s’en dire qu’il s’agit de mon interprétation personnelle de chaque race, de ma façon de ressentir chaque femme. Les Mandalas réalisés par les autres femmes de mon cours étaient tous très différents les uns des autres, comme c’est toujours le cas d’ailleurs. Car la création d’un Mandala nous ramène dans notre inconscient, dans notre imaginaire. Il laisse remonter à la surface des éléments dont nous n’avions pas nécessairement conscience au départ. Il s’agit d’un travail d’introspection créative très intéressant.

Et vous, avez-vous exploré le Mandala? Allez-vous tenter de visiter le Mandala de réconciliation des races? De belles découvertes vous attendent peut-être…

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...