L’ordinateur et le développement des enfants

Voici la deuxième partie du résumé de notre week-end de formation sur la parentalité à l’heure du numérique avec Kim John Payne auteur du livre Parents… tout simplement! Si vous n’avez pas encore lu la première partie, suivez ce lien Parentalité et écrans numériques pour apprendre comment l’ordinateur peut être dommageable pour le développement des enfants. Sans plus tarder, voyons comment il nous est possible d’aider nos enfants en cette aire du numérique.

Que faire alors?

Éviter au maximum d’exposer nos enfants aux écrans et à ce qu’ils véhiculent. Kim John Payne n’est pas en opposition avec les nouvelles technologies, il a simplement des perspectives différentes! Selon lui, toute famille où il y a des enfants de moins de 7-8 ans ne devrait carrément pas posséder de téléviseur. Ou du moins, on devrait sortir celui-ci du cœur du foyer et le confiner à une pièce fermée.

L’utilisation des ordinateurs devrait, elle aussi être limitée et retardée le plus longtemps possible. Ces propres filles n’y ont eu accès que vers 15 ans et uniquement pour faire leurs travaux scolaires.

Mais les ordinateurs sont le futur, non?

Quand il énonce sa vision, nombreux sont ceux qui répondent ne pas vouloir nuire à leurs enfants en les privant d’apprendre à manipuler un ordinateur. Les ordinateurs sont le futur, non? Ils sont nécessaire au développement des enfants et de leurs connaissances? Sa réponse est non. Les ordinateurs sont un outil du futur, ils ne sont pas LE futur. Nous devons en prendre conscience et les traiter comme tel. C’est à nous d’apprendre à utiliser cette technologie et à ne pas nous laisser submerger par elle, comme c’est trop souvent le cas.

Avant de laisser les clés de notre automobile à nos enfants, nous les inscrivons à des cours de conduite et c’est tout à fait normal. En laissant nos enfants jouer et naviguer librement sur internet, nous leurs offrons les clés d’une Ferrari sans la formation qui devrait venir avec! Il est important de prendre conscience du monde qui s’offre à nos enfants quand ils sont devant un ordinateur et de leur montrer comment utiliser cet outil très performant. Important d’expliquer que suite à une recherche contenant un mot X, une foule de suggestions en lien avec ce mot nous sera proposée afin de capter notre attention et de nous garder captif le plus longtemps possible devant notre ordinateur. Important de leur montrer que les liens proposés ne sont pas nécessairement très pertinents. Important de leur rappeler qu’il ne s’agit que d’un outil dont on se sert pour accomplir une tâche.

Aux parents qui ont peur de brimer et de limiter le développement des enfants en restreignant leur accès aux écrans, M. Payne raconte que la plupart des professionnels de Silicone Valley envoient leurs propres enfants dans des écoles alternatives sans ordinateur. Les écoles Waldorf y sont très prisées.  Ces parents très «branchés» font ce choix car ils ne veulent pas que leurs enfants deviennent des utilisateurs maintenant, mais bien des concepteurs dans le futur et ils connaissent l’importance de développer l’imaginaire en premier lieu.

Vous savez sûrement à quel point les enfants aiment qu’on leur relise, encore et encore, la même histoire? Les jeux vidéo ne font pas exception à cette règle, de sorte que les jeunes enfants à qui l’on propose des jeux supposément éducatifs, finissent par élire un jeu favori et y jouer encore et encore. Est-ce qu’ils apprennent ainsi à utiliser l’outil qu’est un ordinateur? Est-ce que ces jeux favorisent le développement des enfants? Pas vraiment. Selon M. Payne, ils deviennent plutôt de parfaits consommateurs pour les futurs produits de la même gamme.

Pour rassurer les parents, il raconte également comment des immigrants n’ayant jamais eu de contact avec des ordinateurs n’ont mis que quelques mois pour atteindre le même niveau de compétence que leurs amis.

Comment favoriser réellement le développement des enfants?

L’intelligence émotionnelle est un trait caractéristique qu’ont en commun les gens qui arrivent à monter les échelons dans nos grandes entreprises. Et cette intelligence émotionnelle ne se développe pas devant un écran, mais en multipliant les interactions avec de vraies personnes. Savoir comprendre au-delà des mots, interpréter les réactions et les regards, ressentir de la compassion sont autant d’habiletés nécessaires à l’interaction saine entres humains. Et c’est exactement ce dont les adultes de demain manqueront.

Nous savons déjà que dans un avenir rapproché, le marché de l’emploi  sera composé en grande partie de travailleurs autonomes qui devront apprendre à négocier avec plusieurs intervenants différents, souvent de provenances toutes aussi différentes. Et que les travailleurs de demain devront savoir s’adapter avec souplesse à l’évolution toujours plus rapide des technologies. Selon M. Payne la meilleure façon d’aider nos enfants à se préparer à l’avenir, n’est pas d’en faire des clients utilisateurs immédiatement, mais bien de leur permettre d’avoir une enfance riche d’expériences qui leur permettra de développer leur plein potentiel humain.

Il ne faut surtout pas faire de l’enfance une course vers la réussite de la vie adulte, mais laisser le temps aux enfants d’apprendre ce qu’ils ont à apprendre à leur rythme. Il faut les encourager à bouger, créer, jouer et laisser la nature et le temps faire ce qu’ils font de mieux depuis que le monde est monde.

L’attention est le véritable amour

Développer des liens forts avec son enfant est la meilleure façon qu’à un parent d’outiller celui-ci pour l’avenir. Pour illustrer ce fait, M. Payne nous raconte une histoire qui a marqué son adolescence : un jour, en revenant d’un entraînement sportif, il peinait à remonter le chemin en pente avec tout son équipement sur le dos, quand des amis en voiture se sont arrêtés à sa hauteur. Ils ont baissé la fenêtre et ont offert à John de monter. Celui-ci a bien senti l’odeur qui se dégageait de l’intérieur du véhicule et il savait pertinemment qu’il ne s’agissait pas de simples cigarettes. Pendant qu’il se demandait ce que son entraîneur et ses parents penseraient de cela, ses amis, impatients, sont partis en trombe le laissant en plan au bord de la route.

Ce n’est que le lendemain, en visitant un autre ami, qu’il a appris la mort de toute la bande dans un accident d’auto. Il avoue, que n’eût été les liens forts qu’il avait avec son entraîneur et ses parents, il serait probablement monté dans l’auto beaucoup plus rapidement. M. Payne parle également de l’importance d’offrir un sentiment de sécurité à nos enfants pour qu’ils puissent grandir avec la confiance que le monde est beau, bon et qu’il y a un bel avenir qui les attend. Alors attention aux commentaires désobligeants sur les gens de notre entourage ou sur les événements du quotidien.

Voilà pour le résumé de notre week-end aux États-Unis sur la parentalité à l’heure du numérique. Notre fille de 8 ans ne joue pas à l’ordinateur, ne possède aucun jeu électronique et n’écoute que très peu de télévision. Nous avions déjà fait ce travail de désensibilisation avec la télévision et elle n’a pas encore atteint l’âge critique pour s’intéresser aux réseaux sociaux et à tout ce qui vient avec ceux-ci. Je dois vous avouer, que même si la tâche s’annonce ardue, je compte continuer dans la même voie pour l’avenir. Je ne serai probablement pas aussi stricte que M. Payne, mais je crois davantage en l’intelligence de la vie qu’en l’utilité des jeux éducatifs ou des réseaux sociaux pour aider ma fille à se développer harmonieusement.

Mon amoureux, de son côté, a vécu une grosse prise de conscience durant ce week-end. Il laisse désormais son cellulaire dans son bureau durant les heures de repas. De plus, à la suggestion de M. Payne, il éteint son écran d’ordinateur quand notre fille va lui parler dans son bureau. Cette simple action améliore grandement le contact et la qualité des échanges entre mes deux amours.

Je sais que c’est un sujet sensible pour plusieurs et que les suggestions de M. Payne vont à l’encontre de ce qui nous est présenter comme parents, que ce soit pour la proposition de jeux et jouets, pour le rythme de vie ou pour la limitation des écrans. Mon but en vous proposant ces articles sur le travail de M. Payne n’est pas de vous culpabiliser en tant que parents, mais bien de vous aider à prendre conscience de l’impact de nos choix. J’ai la chance d’avoir du temps pour faire des recherches, des lectures et surtout pour tester mes découvertes auprès de ma famille. Ce blog est un lieu de partage où j’aime vous parler de ce qui fonctionne pour nous et j’espère sincèrement qu’il pourra vous être utile.

Je travaille actuellement sur de courtes capsules vidéos pour vous faire découvrir d’autres trucs appris lors de ce week-end sur la parentalité à l’heure du numérique. Aimez notre page Facebook pour ne pas les manquer!!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...