Sculpteur sur neige et sur glace

Il y a déjà quelques jours que je jongle pour trouver l’angle sous lequel je devrais aborder cet article. J’ai initialement rencontré Pascal Champage pour qu’il nous raconte son aventure de sculpture sur neige… en Chine!! Mais voilà, notre discussion a prit plusieurs directions toutes plus intéressantes les unes que les autres: l’importance de l’intention derrière la création d’une œuvre, l’envie de créer du beau qui fait du bien, la place de l’égo… Pascal est un être très habité par l’importance de ce qu’il projette dans l’univers à travers ses créations. C’est le genre de questionnement qu’il n’est pas toujours facile à porter en soi. Je le sais, je vis sensiblement la même chose! Suite à cette rencontre, j’ai matière à réflexion et j’ai surtout beaucoup trop de sujets pour un seul article.

Je reviens donc avec ma toute première idée et parlons sculpture sur neige! C’est en navigant sur Facebook que j’ai découvert que Pascal, graphiste de métier, pratiquait cet art plutôt singulier et original. Comment en arrive-t-on à voyager à travers le monde en faisant de la sculpture sur neige et sur glace? La réponse est simple, comme pour tout, on y arrive un pas à la fois!

Chateau.jpg

C’est en répondant au message d’un ami, lui-même sculpteur sur neige, qu’il a mis le pied dans ce monde féérique et glacial. On était à la recherche d’un bénévole pour aider les équipes sur place. Il n’était pas question de sculpter durant ce séjour, mais bien de donner un coup de main aux sculpteurs. Il s’agissait de tâches comme le transport des équipements par exemple, mais ça venait avec un séjour de deux semaines en Europe toutes dépenses payées. Tentant pour celui qui, enfant, aimait bien sculpter des animaux et construire des igloos dans la neige devant chez lui. Il n’a pu mettre ses talents à l’épreuve lors de ce premier rendez-vous avec cet univers, mais il a rencontré les différentes équipes et il a vu les sculpteurs à l’oeuvre.

L’année suivante, c’est l’équipe allemande qui est à la recherche d’une personne pour compléter leur équipe. La compétition a alors lieu à St-Jean-Port-Joli. Pascal sera le troisième joueur… Le pelleteur de neige, comme il dit. Mais voilà, il ne s’est pas contenté de pelleter de la neige!!

C’est aussi lors de cet événement qu’il fait la rencontre de Franziska Agrawal, sculptrice sur neige et glace. Elle parcourt le monde et sillonne plusieurs festivals. Pour la seconder tout au long de ces multiples compétitions, elle forme un regroupement d’artistes internationaux qu’elle invite à tour de rôle. C’est comme ça que Pascal s’est retrouvé en Chine pour participer à trois événements majeurs cet hiver.

 

Harbin-bloc-de-neige.jpg

Un gros bloc de neige de 3,5 mètres par 3 mètres attend l’équipe à Changbai Mountain. Ils y sculptent un audacieux assemblage de cadres qui défient les lois de la gravité. Malheureusement, dame nature n’est pas de leur bord et les formes commencent à s’affaisser légèrement, juste avant le passage des juges…

Un autre festival de neige les attend à Harbin. L’équipe s’attaque alors à un bloc de neige de 3 mètres carré et d’une hauteur de 4 mètres.  Encore une fois, Dame nature n’est pas coopérative et ils doivent abandonner leur sculpture avant de l’avoir terminée. Les officiels jugent qu’il serait trop dangereux de continuer.

C’est alors que Pascal me parle des différentes qualités de neige, collante, granuleuse, fondante… Il a déjà terminé une sculpture, les deux pieds dans l’eau! Ici ce sont les grands froids qui sévissent jours et nuits qui n’aident pas, la neige ne colle pas. Les designs qui se veulent toujours plus audacieux doivent s’adapter à ces variantes. Mais les sculpteurs aiment pousser la matière à son extrême limite. Par contre, on ne prend pas de risque avec la sécurité. Même si le danger est toujours présent, on préfère abandonner une sculpture plutôt que de risquer des vies. Il y a tout de même eu 3 effondrements à Harbin. Mieux vaut prévenir, car les accidents peuvent être graves.

Glace-4.jpg

L’équipe aura tout de même réussi à nous en mettre plein la vue en réalisant une superbe sculpture sur glace qui leur a d’ailleurs valu le prix spécial. Un petit poisson qui avait été piégé dans leur bloc de glace a été découvert au cœur de leur œuvre et il n’a pas passé inaperçu!!

Glace-poisson.jpg

De retour dans son patelin, Pascal s’est fait proposer de réaliser un bas relief sur un mur de neige qui aura servi auparavant à la projection de films en plein air dans le cadre du festival Méchants bancs de neige de Val-Morin. Il s’agira d’une première pour lui, car cette fois-ci, il sera seul maître à bord, du design à la réalisation finale. Il va sans dire que je suis impatiente de voir ce qu’il fera émerger de ce bloc de neige!!

En tant qu’artiste en quête de réponses et souvent assailli par le doute, il m’avoue apprécier le côté éphémère de cette discipline. Il est alors plus facile de se détacher et de lâcher prise. Pascal s’est toutefois commis à plusieurs autres niveaux artistiques. Il dit ne pas assumer entièrement son travail, il n’utilise d’ailleurs pas toujours son vrai nom… mais il m’a quand même fait parvenir des liens vers ses différentes créations. Si vous êtes curieux d’avoir un portrait d’ensemble, visitez-les et laissez-lui un commentaire sous cet article. Peut-être réussirons-nous à lui donner le petit coup de pouce nécessaire pour le faire avancer vers un de ses rêves qui est d’un jour, vivre de son Art ;)

Juste avant, voici trois réalisations de trois univers différents qui ont attirées mon attention… entre autres!

Mre-Terre.jpg

Photo-de-Pascal.jpg

Caos

Myriam

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...